28/05/2019 - Hospimédia : Plusieurs expériences défrichent l'usage de la e-santé en HAD HAD

Article de Jérôme Robillar pour Hospimédia, publié le 23/05/19

Hospimédia, l'actualité des territoires de santé

Usage du SMS, téléconsultation en fin de vie ou vidéoconsultation en psychologie sont trois exemples explicités d'utilisation de la e-santé en HAD. Un déploiement en partie limité par la fracture numérique. 
 
L'essor du numérique en santé à domicile ne se limite pas à l'utilisation d'objets connectés pour suivre certains paramètres à distance. Lors d'une agora au cours de la Paris Healthcare Week, trois expérimentations de e-santé en HAD ont été présentées. Tout d'abord, la Fondation Œuvre de la Croix Saint-Simon a mené une étude pilote sur la vidéoconsultation par un psychologue. Vingt patients, pris en charge en oncologie, ont été inclus dans cette étude. "L'anxiété diminue dans les deux conditions", résume Jérémy Martin, psychologue clinicien.
 
À l'issue de cette étude pilote, un projet de mise en place de la téléconsultation est sur les rails au sein de la fondation. Jérémy Martin espère désormais pouvoir réaliser une étude multicentrique avec d'autres établissements. De son côté, Santélys, en lien avec l'unité de soins palliatifs du CHU de Lille (Nord), propose des téléconsultations en soins palliatifs. "Ce travail a démarré pour permettre une sortie plus tôt de l'unité tout en permettant aux praticiens hospitaliers de suivre les patients en consultation", explique Pierre Hagneré, le directeur de l'HAD. Ce partenariat vise également à éviter des déplacements et des hospitalisations en urgence tout en développant la culture palliative à domicile.
 
Pour le mener, l'HAD a acheté trois ordinateurs portables pour permettre ce suivi chez les patients. Un infirmier de l'HAD est présent à chaque consultation et le médecin traitant peut l'être aussi. Ces téléconsultations ne prévoyant pas d'échanges de données, c'est le médecin traitant qui doit ajuster les prescriptions le cas échéant. "La mise à disposition des infirmiers nécessite une organisation en amont, avec le déplacement de plusieurs infirmiers sur le terrain pour permettre au spécialiste d'enchaîner les téléconsultations depuis le Centre Oscar-Lambret", ajoute Pierre Hagneré.
 
Enfin, l'envoi d'un SMS lors du premier soir en HAD est en phase d'expérimentation au sein d'HAD France. "Cet envoi vise à réassurer le patient et à éviter des appels systématiques des patients par les infirmiers de coordination", précise Vincent Hubert, chef de projet systèmes d'information au sein d'HAD France. Un chatbot permet d'échanger et d'alerter le personnel infirmier si un appel est nécessaire. Il note néanmoins deux facteurs limitant l'utilisation de ces SMS. Il s'agit d'une "fracture générationnelle sur l'utilisation du mobile" et de la présence de zones blanches de connexion. Deux freins qui concernent l'ensemble des activités recourant au numérique en hospitalisation à domicile. Par exemple, la téléconsultation en psychologie est préférée, à l'inverse des patients de plus de cinquante ans, par les patients les plus jeunes. Ces derniers préfèrent, en effet, une vidéoconsultation plutôt qu'une séance face à face, rapporte Jérémy Martin.
 
Jérôme Robillard, à Paris

Lien public vers l'article

Tous droits réservés 2001/2017 — HOSPIMEDIA